Sites naturels

Lac de Chaux

Le lac de chaux de Bansat

Le lac de Bansat est une originalité Auvergnate, il s’agit d’un lac de chaux. On appelle ainsi un marais situé sur plateau volcanique et dont l’alimentation en eau provient uniquement des pluies et du ruissellement, ce qui a comme conséquences principales :
        • un niveau d’eau qui varie en fonction de la saison et de la pluviométrie;
        • une forte sensibilité aux activités humaines sur le bassin versant.

Cette zone humide couvre environ 3,5 ha, dont 2,2 ha de roselière à Phragmite.
Le restant est occupé par des saulaies marécageuses, haies et bords de champs cultivés.
Ainsi, il s’agit d’une des rares roselières du Puy-de-Dôme, qui ont fortement régressé suite à l’assèchement de la plupart des marais de plaine.
Cet habitat se raréfie également à l’échelle de l’Auvergne et même de la France.
Le site de Bansat doit donc être considéré comme d’intérêt régional. Les oiseaux sont particulièrement concernés, comme le montre une étude de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO, 1993) :
       • refuge hivernal et nocturne (formation de « dortoirs ») : bruant des roseaux, étourneau ;
       • nourrissage d’espèces insectivores : bergeronnette printanière, hirondelles, mésanges ;
       • nidification d’espèces spécialistes des roselières : rousserolle effarvatte, bruant des roseaux ;
       • halte migratoire d’espèces en transit entre l’Afrique et l’Europe du Nord (l’Allier étant un axe migratoire majeur) …

Le lac de chaux de Bansat se trouve sur un sectional, entouré de terrains privés occupés par des grandes cultures.
Il apparaît comme un « oasis » au cœur du plateau, jouant un rôle de connexion écologique non négligeable au sein de la vallée de l’Allier.

Mais les espaces cultivés alentours constituent également un patrimoine à valoriser, notamment en ce qui concerne
la biodiversité liée aux labours et aux bords de champs : des plantes messicoles
(beaucoup d’espèces d’intérêt, comme le Buplèvre à feuilles rondes, le Gaillet à trois cornes et l’Adonis Goutte-de-sang,
mais aussi le Coquelicot, le Bleuet…) et des oiseaux inféodés aux cultures (Caille des blés, Alouette des champs, Busard cendré…).

Le plateau de Bansat est identifié comme un espace d’intérêt écologique depuis 2011,
puisqu’il a été classé en Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF).